jeune fille tête baissée sur ses genoux, prostrée, dans une attitude de burn-out étudiant

Burn-out étudiant : comment l’éviter ? Que faire ?

Le burn-out étudiant est une réalité qui est souvent ignorée… Cependant, d’après une étude de 2015 menée par la LMDE, le burn-out touche 1 étudiant sur 5 ! De plus, 37 % d’entre eux se disent anxieux et 30 % sont même en détresse psychologique. Le burn-out étudiant n’est donc pas un mythe ;-(

En ce qui me concerne, je n’est pas été moi-même victime de burn-out pendant mes études, mais j’ai connu une amie qui est passée par là et qui a eu beaucoup de mal à s’en sortir car c’est une maladie insidieuse qui s’installe progressivement et dont les premiers signaux peuvent être difficiles à détecter. C’est parce que j’ai vu mon amie se débattre avec son burn-out étudiant que j’ai décidé de vous en parler dans cet article. C’est pour cette raison que nous allons voir ensemble ce qu’est un burn-out étudiant afin de le prévenir et de l’éviter. Pour commencer, nous allons décrire les symptômes pour que vous puissiez les reconnaître facilement puis définir les causes. Ensuite, nous nous poserons la question de comment reprendre sa vie en main.

1- Qu’est-ce qu’un burn-out étudiant ?

Le burn-out étudiant est une maladie psychique et physique très préoccupante. Il ne doit cependant pas être confondu avec la fatigue passagère ni la simple dépression. Le burn-out possède généralement deux phases : premièrement, une phase de lutte dans laquelle la personne surpasse ses limites (physiques et mentales) et deuxièmement, une phase de découragement où elle se sent impuissante face aux événements (goût à rien).

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce sont les étudiants les plus studieux qui sont les plus sujets au burn-out, notamment dans les filières très compétitives comme la PACES ou les classes prépas.

Afin de le prévenir, autant pour soi-même que chez les autres, nous allons passer en revue les symptômes puis les causes du burn-out étudiant.

1.1- Les symptômes du burn-out étudiant

Par rapport au stress, le burn-out décuple les symptômes. C’est un épuisement total : épuisement physique, épuisement émotionnel, épuisement mental et intellectuel. Normalement, le stress dégage deux hormones, l’adrénaline et le cortisol, pour indiquer qu’il y a un danger ou une situation d’urgence. Cependant, en situation de burn-out, le corps est en alerte constante et en situation de stress chronique. Cela a donc pour effet de surproduire ces deux hormones qui deviennent alors responsables du dérèglement psychique et physiologique du corps.

personne allongée sur un canapé victime de burn-out étudiant
Le résultat d’un burn-out étudiant…

Voici une liste, non exhaustive, des symptômes les plus courants du burn-out étudiant :

  • stress, anxiété et angoisse chroniques voire crises de panique,
  • fatigue physique intense et manque d’énergie, épuisement
  • difficulté à gérer ses émotions (crise de pleurs sans aucune raison apparente),
  • troubles de l’attention et de mémoire : aucune patience, manque de concentration, mémoire saturée,
  • sommeil perturbé,
  • irritabilité,
  • manque d’appétit,
  • perte de motivation, découragement, dévalorisation,
  • douleurs physiques (mal au dos, crampes au ventre, troubles digestifs, etc.), peau irritée (acné, eczéma, psoriasis, etc.), difficultés respiratoires, migraines, chute de cheveux, etc.
  • système immunitaire à plat donc on attrape tous les virus (rhume, gastro, grippe, etc.),
  • isolement,
  • état dépressif,
  • tristesse, pensées négatives voire suicidaires.

Généralement, les symptômes se combinent entre eux et l’on entre dans un cercle vicieux :

cercle vicieux du burn-out étudiant
Le cercle vicieux du burn-out étudiant

1.2- Les causes du burn-out étudiant

L’une des principales causes du burn-out étudiant est le surmenage dû à la combinaison :

  • d’une part, d’une surcharge de travail : conciliation des cours, des révisions et bien souvent d’un job alimentaire et/ou d’un stage, voire d’une préparation à un concours
  • et d’autre part, de la pression que l’on ressent dans son école ou université (il existe encore en France une culture de la performance), mais aussi la pression familiale et/ou pression que l’on exerce sur soi-même (attention aux regards des autres).

On pourrait également ajouter un autre facteur au burn-out étudiant : celui de l’incertitude face à l’avenir. « Faire des études, oui, mais à quoi cela sert-il au juste ? » Ce questionnement se traduit ensuite par un sentiment de perdre son temps, par la peur de ne pas trouver de travail, d’être chômage ou de ne pas réussir sa carrière. Il y a également la peur de l’échec qui entraîne un manque de confiance en soi… qui peut s’avérer fatal. En effet, le problème de l’orientation des étudiants, de leurs aspirations, de ce qu’ils veulent faire dans leur vie est un problème de société qui conduit ensuite aux nombreux burn-out des salariés au sein des entreprises, car beaucoup d’entre eux n’exercent pas la profession adéquate !

Why pourquoi
Pourquoi ? Il est utile de chercher la cause de son burn-out étudiant

2- Que faire face au burn-out étudiant ? 3 conseils pour reprendre sa vie en main

La première chose à faire est de prendre en compte sa souffrance et de l’accepter : « oui je suis pas bien ». Puis, une fois le diagnostic posé (par vous-même, pas votre médecin traitant ou un psychiatre), là aussi l’accepter : le refouler ne fera qu’augmenter votre état de burn-out… Cette phase d’acception est importante tout comme la recherche des causes qui vous ont amenées à cet état d’épuisement mental et physique.

Afin de remettre le pied à l’étrier, il est important de commencer doucement en faisant des petits pas. Ce n’est donc pas la peine de s’engager dans de gros changements qui vous décourageront si vous n’y arrivez pas et qui vous feront retomber en burn-out. Mettez en place une nouvelle habitude à la fois parmi celles proposées.

2.1- Ne pas s’isoler

Si vous ressentez les symptômes du burn-out étudiant, demandez de l’aide : soit à un professionnel du corps médical, que ce soit votre généraliste ou un psy (n’oubliez pas que chaque université possède des médecins et des psychologues) soit à votre famille ou à vos amis. Allez donc vers quelqu’un qui aura une écoute attentive, qui possède une bonne empathie et qui est bienveillant avec vous. Ne vous isolez pas !

Vous pouvez également créer du lien en formant un groupe de travail. De plus, cela diminuera votre charge de travail, car vous pourrez partager vos fiches de lectures, vos fiches de révisions, etc. Pour le mettre en place et qu’il soit efficace, inspirez-vous de l’article travailler en groupe : le meilleur moyen pour progresser.

rassemblement de mains pour symboliser l'entraide face au burn-out étudiant
Tous ensemble : l’isolement est néfaste quand on est victime d’un burn-out étudiant…

Enfin, pensez aussi à vous engager dans une cause d’intérêt général, soit au sein d’une association étudiante ou non, soit dans un club de sport, etc. Ainsi, le fait de donner de son temps et d’aider les autres va vous permettre de vous reconstruire. C’est ce que l’on nomme l’altruisme égoïste (se sentir acteur du changement tout en s’aidant soi-même).

2.2- Donner du sens à votre vie

Prenez quelques minutes pour répondre à ces trois questions puissantes :

« Pourquoi est-ce que vous vous levez le matin ? »

« Pourquoi est-ce que vous faites ces études ? »

« Qu’est-ce que vous voulez faire de votre vie ? »

Si aucune réponse ne vous vient à l’esprit, c’est qu’il est temps d’y réfléchir sérieusement… Vous avez sûrement un problème d’orientation comme beaucoup d’étudiants et c’est peut-être ce qui a déclenché votre burn-out étudiant…

Il est important, à tous les âges de la vie, mais, peut-être encore plus au moment de choisir sa carrière, de penser au sens que l’on veut donner à sa vie et au but de ses études. C’est l’une des clefs de la motivation !

Pour vous aider à débroussailler vos réflexions sur le sens de votre existence et la voie que vous souhaitez emprunter, je vous recommande la lecture de l’article trouvez un sens à votre vie grâce à l’Ikigaï.

2.3- Modifier durablement votre mode de vie

Commencez par mettre en place des rituels notamment le matin et le soir. En effet, les habitudes ont un côté rassurant et permettent de bien démarrer la journée et d’aider à l’endormissement. Pour instaurer un rituel matinal, vous pouvez vous inspirer de l’article les bienfaits d’un réveil matinal ! En ce qui concerne le soir, voici quelques pistes :

  • Notez dans un carnet vos « 3 kifs du jour » afin de vous concentrer sur les points positifs de la journée et de vous remémorer vos petits succès pour monter votre niveau de confiance en vous. De plus, vous vous endormirez sur des aspects positifs de votre vie !
  • Lisez, car la lecture baisse le stress de 60 % ce qui vous permettra de mieux vous endormir.
  • Enfin respirez profondément voire méditez (même allongé) afin d’aider votre corps à se détendre.
  • Et, bien entendu, éteignez tous vos appareils électroniques et ne surfez pas sur les réseaux sociaux ! L’idéal est de faire une détox des écrans 1 heure avant le coucher.
réveil posé sur une table de chevet avec un cactus près d'un lit
Rituel matinal = bienfaits pour la journée !

Ensuite, améliorez votre hygiène de vie : essayez d’adopter le plus possible une alimentation saine et équilibrée ainsi qu’une activité physique régulière pour permettre à votre corps de retrouver de l’énergie. Portez également beaucoup d’attention à l’organisation de votre emploi du temps et à la planification de votre travail afin d’éviter la surcharge de travail à la dernière minute ! Enfin, se donner de petits objectifs atteignables est l’une des 3 actions puissantes pour rester motivé. Lisez l’article pour connaître les 2 autres leviers de la motivation !

Pour conclure, le mot-clé contre le burn-out étudiant reste : le lâcher-prise ! Acceptez de ne pas tout gérer (donnez-vous des priorités et éliminez les tâches secondaires ou déléguez-les), pardonnez-vous de rendre un travail imparfait et reconnaissez vos limites 😉

une personne de dos sur un ponton regardant le lac et les montagnes
Prenez le temps de vivre

Qui parmi vous a déjà été victime de burn-out ou a connu une personne qui a fait un burn-out ? Laissez-moi un commentaire ci-dessous afin de faire part de votre témoignage aux lecteurs de SérénEtudes !

Amandine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *