Mémoire de recherche: 5 conseils pour ne pas le rater

Le mémoire de recherche est un travail écrit universitaire inédit basé sur votre propre recherche et dirigé par un directeur de recherche. Il est donc régi par des étapes clés et des codes qu’il faut connaître pour le réussir. Ceux-ci peuvent être différents d’une filière à l’autre et d’une université à l’autre, ainsi le premier conseil que je vous donne est de bien vous renseigner auprès de votre directeur de recherche sur ses exigences et ses attentes ! Dans cet article, je vais vous donner les règles générales qui s’appliquent à tous et non les spécificités de chaque branche ! Nous allons donc commencer par le choix du sujet puis aborder la question de la recherche elle-même avant de parler de la rédaction. Ensuite, nous traiterons de la question de la gestion du temps, elle aussi fondamentale, avant de conclure sur les 7 erreurs à éviter pour réussir votre mémoire de recherche !

1- Le choix du sujet de votre mémoire de recherche

1.1- La question du directeur de recherche

Le choix de votre directeur n’est pas anodin, car c’est lui qui va diriger votre mémoire recherche c’est-à-dire qui va vous aiguiller sur la façon dont vous devrez mener votre travail. De plus, c’est également lui qui jugera votre rendu final avec les autres membres du jury. Il a un impact fort sur la note finale, car il vous a observé pendant tout le processus de votre recherche ! Il faut donc bien le choisir 😉

Vous avez deux possibilités :

  • soit vous le choisissiez en fonction de vos affinités avec lui c’est-à-dire que vous sentez que le courant passe bien entre vous et lui et que vous êtes sur la même longueur d’onde ! Cependant, le choix du sujet ne sera peut-être pas celui qui vous passionnera le plus. En effet, il faut savoir que chaque professeur à ses sujets de prédilection et, généralement, il accepte de diriger des recherches seulement si le sujet l’intéresse… Il est donc probable qu’il vous impose un de ses sujets…
  • soit, vous vous focalisez sur le choix de votre sujet, qui est le plus important pour vous, et vous prenez un directeur de recherche par défaut qui accepte de vous diriger.

Si vous arrivez à combiner les deux, un sujet qui vous passionne et un directeur avec lequel vous avez des affinités alors Bingo 😉

1.2- Comment trouver le bon sujet de votre mémoire de recherche ?

C’est une question épineuse qui va vous demander un temps de réflexion… qui ne doit pas être non plus trop long et vous empêcher de vous lancer ! Mon premier conseil est de choisir un sujet qui vous plaît, car vous allez travailler dessus pendant plusieurs mois voire plusieurs années ! Prenez donc un sujet dans une thématique qui vous intéresse ! Il peut également être judicieux d’opter pour un sujet en cohérence avec votre future carrière. De plus, ce sera un bon argument sur votre CV ! Enfin, si vous n’avez aucune idée, pas de panique ! Prenez le temps, faites des recherches, discutez avec d’autres étudiants ou faites appel à votre directeur de recherche.

Dernier petit point : prenez garde à ce que votre sujet ne soit pas trop vaste, car vous avez un temps limité pour effectuer votre mémoire de recherche ! Au contraire, veilliez aussi à ce qu’il ne soit pas trop niche et que n’ayez rien à dire !

1.3- Petite parenthèse sur mon expérience

Quand je suis entrée en 1ère année de master d’égyptologie, j’ai décidé de choisir très rapidement mon sujet de mémoire de recherche, car je voulais me confronter rapidement avec la recherche. Je souhaitais travailler soit sur la religion égyptienne soit sur l’histoire de l’Égypte ancienne. Je me suis donc mise à faire des recherches en bibliothèque sur de potentiels sujets. J’ai commencé par éplucher un dictionnaire de divinités égyptiennes et dès la première lettre de l’alphabet j’ai été intrigué par le nom d’une divinité féminine Amonet. Son nom commençait comme le mien (et c’est un argument de poids non ? 😉 ) et bien qu’elle soit rattachée au plus grand temple de l’Égypte ancienne, Karnak et à l’un des dieux majeurs de la mythologie égyptienne, Amon, je n’en avais jamais entendu parler.

J’ai donc fouillé dans d’autres sources et j’ai ainsi trouvé assez de matière pour m’interroger un peu plus. J’en ai donc parlé à mon directeur de recherche et devinez quoi ? C’est un sujet sur lequel il a commencé à rassembler des sources, mais dont il n’a pas le temps de s’occuper… il a donc bien voulu me céder la recherche ! J’étais fière d’avoir trouvé mon sujet et d’autant plus contente que je savais qu’il intéresserait mon professeur. Amonet m’a accompagnée pendant plus de 8 ans, car, après avoir mené des recherches pour mon mémoire de master, je les ai poursuivies avec une thèse de doctorat. Quand on aime, on ne compte pas 😉 Alors lancez-vous vous aussi, prenez en mains les rênes de votre recherche et commencez à explorer de potentiels sujets !

2- Menez à bien votre recherche

2.1- La recherche documentaire

Une fois votre sujet défini, en accord avec votre directeur de recherche, l’étape suivante est celle de la recherche des sources : articles scientifiques, archives, statistiques, etc. Par conséquent, vous devez regrouper tous les documents existants qui évoquent votre sujet afin de faire un état des lieux de la question. Vous devez vous demander : quels sont les scientifiques qui ont déjà travaillé sur ce sujet, où en est la recherche sur mon sujet, quel angle n’a pas encore été abordé, etc. Ainsi, vous devez être capable, à la suite de cette recherche documentaire, de définir correctement les contours de votre sujet afin de définir votre problématique.

recherches à la bibliothèque pour rédiger ensuite son mémoire de recherche
Une table encombrée de livres : un aperçu du travail de recherches !

Pour cette étape, il est crucial de vous rendre à la bibliothèque (lisez à ce propos l’article Osez franchir les portes de la bibliothèque) et/ou aux archives et de ne pas vous contenter des documents mis en ligne sur Internet. En effet, tout n’est pas encore sur la toile et votre recherche en serait pénalisée. Sachez que la recherche documentaire est la base de votre mémoire de recherche !

2.2- Comment formuler correctement votre problématique ?

De votre recherche documentaire découleront des questions et/ou des problèmes qui n’ont pas encore été élucidés et parmi ceux-ci se trouvera votre problématique. Cette dernière doit être inédite c’est-à-dire que l’ange sous lequel vous abordez votre sujet ne doit jamais avoir été traité. En effet, un mémoire de recherche est un travail original et c’est là son intérêt ; vous en êtes l’auteur et vous apportez de la connaissance supplémentaire à la communauté scientifique de votre domaine ! Vous devenez un apprenti chercheur 😉

La problématique est un enjeu majeur de votre mémoire de recherche, car toute votre démonstration repose sur elle. Rédigez-là en accord avec votre directeur de recherche. Dans votre introduction, vous expliquerez en quoi votre sujet de recherche est intéressant et votre problématique est inédite. Cette dernière est un problème auquel vous apporterez une solution dans la conclusion.

3- Rédigez selon les règles de l’art

Votre mémoire de recherche va se constituer :

  • d’une introduction qui comportera la définition de votre sujet et l’état de la documentation. À partir de là vous poserez votre problématique puis vous annoncerez votre plan. Ce dernier sera formulé différemment selon les filières. Renseignez-vous auprès de votre directeur de recherche : je vous conseille d’ailleurs de lui faire valider votre plan.
  • d’un corps de texte basé sur votre plan constitué de plusieurs parties et sous-parties. Le texte comportera vos arguments, vos exemples et vos hypothèses. C’est ici que l’on verra vos qualités de recherches, votre capacité de recul par rapport à la documentation réunie et la pertinence de votre raisonnement.
  • d’une conclusion qui apportera la solution à votre problématique ainsi qu’une ouverture de votre sujet.
  • d’une table des matières ou d’un sommaire.
  • d’une bibliographie qui comportera toute la documentation que vous avez consultée. Pour la rédiger, lisez l’article Bibliographie : l’atout majeur de votre travail.

4-Gérez votre temps

Un mémoire de recherche c’est un projet à plus ou moins long terme selon l’échéance que vous avez. Il est donc nécessaire de bien le gérer pour le mener à bien sans trop de stress ni de surcharge de travail les derniers jours 😉 Par conséquent, votre organisation et la planification de votre travail seront vos meilleurs alliés ! Pour ce faire, le rétroplanning va rapidement s’avérer un outil efficace pour planifier et estimer le temps des différentes étapes de votre mémoire de recherche. Voici quelques astuces pour bien le préparer :

rétroplanning pour gérer son temps pour la rédaction du mémoire de recherche
Allez c’est parti pour le compte à rebours sur votre rétroplanning…

  • Partez de la date du rendu de votre mémoire de recherche à votre directeur de recherche et au jury. Si vous n’avez pas encore une date précise, fixez-vous-en une ! C’est très important d’avoir en tête cette échéance, car d’une part, cela vous donne un objectif clair et précis et, d’autre part, cela vous permet de passer à l’action et donc d’éviter de trop procrastiner !
  • La dernière semaine est celle où vous mettez la touche finale à votre mémoire de recherche. Ce sont les dernières relectures et les dernières corrections. Il est aussi temps d’imprimer un exemplaire et de vérifier que tout est bien tant au niveau de la forme que du contenu puis, après validation, d’imprimer les autres exemplaires demandés pour les membres du jury.
  • Dans les trois derniers mois, pensez à :
    • Mettre en forme votre mémoire de recherche si vous rédigez les chapitres séparément ; ce que je conseille, car le document est moins lourd et plus facilement maniable. Faites la page de garde selon les instructions de votre directeur de recherche. Vous pouvez aussi inclure des remerciements si vous le souhaitez et si votre directeur vous le permet. Une fois vos différents chapitres mis les uns à la suite des autres, faites attention à ce que la première page d’un chapitre commence toujours sur une page de droite. Puis incluez l’introduction et la conclusion. Enfin, faites le sommaire et/ou la table des matières : normalement elle doit se faire automatiquement avec un logiciel de traitement de texte. Pensez quand même à vérifier que les numéros de pages correspondent bien aux bonnes pages !
    • Mettre en forme et vérifier votre bibliographie.
    • Faire vos annexes c’est-à-dire tous les documents, illustrations, graphiques, sources que vous ne pouvez pas inclure dans le texte. Elles peuvent être incluses à la fin du volume de texte ou dans un volume séparé selon le nombre d’annexes que vous possédez. Ne négligez pas celles-ci, car elles étayent votre texte ! De plus, c’est un travail fastidieux et qui demande souvent beaucoup de temps, car en plus de réunir toutes les annexes, il faut les légender et parfois même faire les graphiques soi-même ! Pensez donc bien à les planifier dans votre rétroplanning.
    • Mettre en forme les illustrations de votre texte et les légender. N’oubliez pas de toujours citer vos sources : c’est l’une des bases du travail de recherche !
    • Vérifier vos notes de bas de page : les sources sont-elles citées correctement, les citations sont-elles bien mises en formes, l’appel de note et le numéro de la note correspondent-ils bien et se trouvent-ils sur la même page, etc.
  • Les mois précédents seront ceux dédiés à la rédaction de vos différentes parties et chapitres ainsi qu’à celle de la conclusion et de l’introduction. Soyez large dans votre estimation, car les aléas sont réels : syndrome de la page blanche, vérification des certaines données dans les sources et à la bibliothèque, contretemps de tout ordre (maladie, fatigue, job, etc.) Vous pouvez très bien vous fixer un nombre de pages ou de mots à rédiger par jour ou par semaine en fonction de vos autres occupations. Par exemple, si vous devez rédiger un mémoire de recherche de 60 pages : vous pouvez vous fixer comme objectif de rédiger deux pages par jour, ce qui fait 14 pages par semaine soit un peu plus de 4 semaines de rédaction à programmer dans votre planning ! Si vous ne souhaitez pas tout rédiger d’une seule traite, vous pouvez très bien mixer cette étape avec celle de la recherche documentaire et ainsi rédiger un chapitre à la fois. C’est personnellement ce que j’ai fait afin d’éviter la procrastination de la rédaction et que le travail soit moins monotone !
  • L’étape antérieure est celle de la recherche documentaire d’où votre problématique découlera ainsi que votre plan. Elle est plus ou moins longue selon votre sujet. À vous de bien la planifier et de l’ajuster au fur et à mesure de l’avancement de vos recherches !Commencez par élaborer une liste des livres et des articles scientifiques à lire sur votre sujet et à les programmer dans votre planning. N’oubliez pas de faire des résumés de ces derniers pour garder une trace de vos lectures : pour vous aider, lisez l’article Publication scientifique : comment la lire intelligemment ?

5- 7 erreurs à éviter pour réussir votre mémoire de recherche

J’ai ici répertorié, pour vous, les 7 erreurs les plus courantes concernant le mémoire de recherche qui peuvent s’avérer impardonnables ! Alors, suivez le guide :

  1. Premièrement, suivez les conseils et les instructions de votre directeur de mémoire : c’est lui qui jugera votre travail !

  2. Le mémoire de recherche n’est pas une simple compilation de documents, ni un témoignage, ni un récit. C’est un travail de recherche avec une analyse à partir des sources à votre disposition et une réponse à votre problématique.

  3. Prenez le temps de bien rédiger votre plan et de le faire valider par votre directeur de recherche. Un plan incohérent ne pardonne pas !

  4. Faites attention aux fautes d’orthographe ! Aujourd’hui il existe de nombreux logiciels correcteurs qui vous aideront à en éliminer la majorité. Ne négligez cependant pas les relectures de votre travail ! Si vous avez le temps, pensez aussi à le faire relire par une tierce personne.

  5. Prenez également garde à la mise en forme de votre mémoire de recherche et aux règles typographiques : nombre de pages à respecter, texte justifié avec une police lisible, mise en forme des citations et des notes de bas de page, bibliographie claire et mise en forme selon les règles de votre directeur de recherche, sources des illustrations, etc.

  6. La plus grosse erreur reste celle du plagiat ! La plupart des universités soumettent les mémoires de recherche à des logiciels qui détectent les copier-coller ! Votre travail doit personnel et original !

  7. Enfin, renseignez-vous en amont pour trouver où imprimer votre mémoire de recherche et le prix que cela coûte. En effet, les mauvaises surprises arrivent parfois sur la dernière ligne droite ;-( N’oubliez pas d’imprimer un premier exemplaire en test pour le valider avant de lancer l’impression de tous les exemplaires demandés.
personne qui rédige son mémoire de recherche
La rédaction… Ah! quel plaisir 😉

Et vous, quelles difficultés rencontrez-vous lors de l’élaboration de votre mémoire de recherche ou quels conseils voulez-vous partager avec la communauté de SérénEtudes ? Laissez-moi un commentaire ci-dessous et je me ferais un plaisir de vous aider !

Amandine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *